Le genre Rosa

13 juin 2013
Les rosiers les plus représentatifs du Japon sont Rosa multiflora, Rosa wichurana (Syn. R. luciae) et Rosa rugosa. Voici, ci-après, la liste des principales espèces de roses sauvages que l'on trouve dans l'archipel nippon.

Bibliographie : mes flores japonaises (en japonais) et le "Guide des rosiers sauvages" de M. Patrick Masure, paru aux Editions Delachaux et Niestlé.

  • Rosa acicularis Lindl., nom japonais : ootakaneibara ou ootakanebara (大高嶺茨), ce qui signifie littéralement "rosier des hautes cimes". On le trouvera donc naturellement dans les zones montagneuses, froides, de l'île de Hokkaidô et du centre et du nord de l'île principale de Honshû, plutôt sur la façade de la Mer du Japon.

    Rosa acicularis

  • Rosa bracteata J.C.Wendl., nom japonais : kakayanbara; ce nom aurait pour origine la province de Cagayan, au nord des Philippines, car c'est de là qu'un capitaine de navire aurait rapporté des graines de ce rosier au shogun de Edo (ancien nom de la capitale, Tôkyô) en 1828. Cette espèce, au feuillage persistant, pousse dans les zones subtropicales de l'extrême sud du Japon, dans l'archipel des Ryûkyû, sur le littoral.

    Rosa bracteataRosa bracteata

  • Rosa fujisanensis (Makino) Makino, Syn. Rosa luciae var. fujisanensis (Mak.) Mak., nom japonais : fujiibara (富士茨) en raison de sa présence autour du mont Fuji. On trouve cette espèce précisément dans les montagnes du Misaka (département de Yamanashi), autour du mont Fuji, sur la péninsule de Kii (île de Honshû) et dans les chaînes montagneuses du centre de l'île de Shikoku.

    Rosa fujisanensisRosa fujisanensis

  • Rosa hirtula Nakai, nom japonais : sanshôbara (山椒薔薇); les deux premiers caractères désignent le poivre, du fait de la ressemblance des feuilles de cette espèce avec celles du poivre (Zanthoxylum piperitum); il s'agit donc d'un rosier à feuilles de poivre. C'est une espèce endémique du Japon, que l'on trouve sur l'île principale de Honshû dans les départements de Kanagawa, Yamanashi, Shizuoka et autour du lac de Hakone. Cette espèce est classée sur la liste rouge du Japon, dans la catégorie vulnérable, VU.

    Rosa hirtulaRosa hirtula

  • Rosa jasminoides Koidz., Syn. Rosa luciae var. hakonensis Franch. & Sav., nom japonais : moriibara (森茨), autrement dit le rosier des bois. On le trouve dans les zones montagneuses (étage des châtaigneraies) à l'ouest de la région du Kantô (île de Honshû), sur les îles de Shikoku et de Kyûshû. Cette espèce n'apparaît pas sur la face de la Mer du Japon. Les fleurs sont blanches et ont un diamètre de 2,5 cm environ.

    Rosa jasminoidesRosa jasminoides

  • Rosa marretii H.Lév., nom japonais : karafutoibara (樺太茨); les deux premiers caractères désignent l'île russe de Sakhaline et le troisième, le rosier. Comme son nom japonais l'indique, c'est donc un rosier que l'on trouvera naturellement sur cette île russe ainsi que dans le nord du Japon, sur l'île de Hokkaidô et dans le nord de l'île de Honshû, sur les collines, les montagnes de faible altitude. Son autre nom japonais est d'ailleurs "yamahamanasu", autrement dit, "le rosier rugueux des montagnes".

    Rosa marretii

  • Rosa multiflora Thunb., nom japonais : noibara (à prononcer noïbara) (野茨); le premier caractère, no, désigne les champs, la campagne et le second caractère, ibara, un arbuste épineux. Cette espèce est également appelée nobara au Japon. On trouve ce rosier depuis le sud-ouest de l'île de Hokkaidô jusqu'aux îles de Honshû, Shikoku et Kyûshû, dans les zones de basse et de moyenne montagne.
    Cette espèce a été introduite en Europe entre 1860 et 1880 et utilisée par les établissements Guillot afin de créer de nouvelles variétés horticoles.

    Rosa multifloraRosa multiflora

  • Rosa multiflora var. adenochaeta (Koidz.) Ohwi, nom japonais : tsukushiibara (筑紫茨); les deux premiers caractères japonais désignent l'ancien nom d'une province située sur l'île de Kyûshû car c'est une espèce endémique de cette île du sud. C'est une espèce vigoureuse, avec de grandes fleurs de 3 à 4 cm de diamètre.

    Rosa multiflora var. adenochaetaRosa multiflora var. adenochaeta

  • Rosa nipponensis Lév., Syn. Rosa acicularis ssp. acicularis var. nipponensis (Crép.) Koehne; nom japonais : takaneibara ou takanebara (高嶺茨); littéralement rosier des hauts sommets. On trouve cette espèce dans la région centrale de l'île de Honshû (Chûbu) et dans les montagnes du centre de l'île de Shikoku. Les fleurs ont un diamètre de 4 à 5 cm.

    Rosa nipponensisRosa nipponensis

  • Rosa onoei Makino, nom japonais : yabuibara (薮茨), qui signifie littéralement rosier buisson (broussaille); autre nom japonais nioiibara (rosier parfumé). On le trouve dans les sous-bois des zones montagneuses de la péninsule de Kii (île de Honshû), sur les îles de Shikoku et de Kyûshû.



  • Rosa paniculigera Makino ex Momiy., nom japonais : miyakoibara (都茨), le premier caractère désigne la grande ville, la capitale. On le trouve sur les collines et les montagnes de basse altitude de l'île de Honshû (ouest de Niigata, Aichi), le nord des îles de Shikoku et de Kyûshû. Floraison en juin, juillet. Fleurs blanches de 2 à 3 cm de diamètre.

    Rosa paniculigeraRosa paniculigera


  • Rosa rugosa Thunb., nom japonais : hamanasu (浜茄子, 浜梨); le premier caractère signifie "la plage" car ce rosier pousse sur les sols sableux du littoral maritime et les deux autres caractères désignent le fruit du nashi (Pyrus pyrifolia) de par la ressemblance entre les fruits de ces deux espèces. On le rencontre beaucoup, à l'état naturel, sur l'île de Hokkaidô ainsi que dans le centre et le nord de l'île principale de Honshû; la langue de sable de Amanohashidate, dans la ville de Miyazu (département de Kyôto) est réputée pour ses rosiers rugueux. La fleur est naturellement rose, rarement blanche. Les racines de la plante sont utilisées en teinture, les fleurs, en infusion et les fruits, pour leurs vertus médicinales.

    Rosa rugosa

  • Rosa sambucina Koidz., nom japonais : yamaibara (à prononcer yamaïbara); littéralement le rosier de la montagne, on le trouve depuis l'ouest de la région du Chûbu sur l'île de Honshû, les îles de Shikoku et Kyûshû. Il fleurit en mai-juin.



  • Rosa wichurana Crép., Syn. Rosa luciae Franch. & Roquebr. ex Crép. : nom japonais terihanoibara (照葉野茨), qui signifie littéralement "rosier sauvage à feuilles luisantes". On trouve cette espèce sur les rivages, dans le lit de rivières asséchées et dans les hêtraies des îles de Honshû, Shikoku et Kyûshû. Ce rosier a été introduit en Europe dans les années 1888-1890 et est à l'origine de plusieurs variétés sarmenteuses.
    Si vous voulez en savoir davantage sur cette Rosa luciae, découvrez ce que j'ai écrit sur le Docteur Savatier.

    Rosa luciae

 

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.