Urbain Jean FAURIE

Urbain Jean FAURIE Né le 1er Janvier 1847 à Dunières, dans la Haute-Loire.

Ordonné prêtre le 7 Juin 1873 et embarqué pour le Japon le 2 Juillet 1873. Tout d'abord, il lui fut demandé d'enseigner dans le "collège ecclésiastique" que venait de fonder à Tokyo Mgr. PETITJEAN. En 1877, le "vicariat apostolique du Japon septentrional" ayant été formé, le Père FAURIE, devenu "socius" du Père EVRARD, l'accompagna à Niigata où celui-ci devait fonder un nouveau poste. Puis il fut rappelé à Tokyo comme vicaire du Père PETTIER à Ogawamachi d'abord, ensuite comme vicaire du Père LANGLAIS à Asakusa. En 1881, Mgr. OSOUF le chargea de l'orphelinat et l'année suivante, il fut envoyé à Hakodate. C'est alors que commença la carrière scientifique du Père FAURIE. "Profitant de ses moments de loisir que lui laissait son ministère pour herboriser, ne se limitant pas au domaine des phanérogames, il accueillait des fougères, des muscinées et des lichens" a-t-on écrit de lui. Le 21 Mai 1889, le Père FAURIE devint correspondant du Muséum de Paris.

Pendant cinq ans, jusqu'en 1894, il parcourut la préfecture d'Aomori, l'île de Hokkaido, les îles Kouriles et Sakhaline. Il lui revient l'honneur d'avoir envoyé aux grands herbiers d'Europe et d'Amérique de nombreux échantillons d'espèces nouvelles, dont plusieurs portent son nom. Le Japon en entier, la Corée, la moitié du Saghalien, les îles Hawaï et Formose ont été minutieusement fouillés par cet inlassable "ramasseur". Mais pour lui, la botanique était servante de l'apostolat. C'est ainsi qu'il put, grâce à ses revenus, acheter des terrains pour la mission de Hirosaki, Aomori, Otaru et dans l'île de Sakhaline. En 1894, sa santé donna des inquiétudes. Il prit donc un long congé en France et revint en Décembre 1896. Nommé à Aomori, il en fit sa résidence habituelle tout en continuant ses recherches botaniques. En 1911, ayant reçu un don d'un bienfaiteur de New-York, il construisit une chapelle en l'honneur de Notre-Dame des Victoires. En 1914, il entreprit une seconde expédition à Taïwan (Formose) en vue d'explorer la côte Est de cette île.

Comme il y avait un certain nombre de Japonais installés à cet endroit, il recommença le ministère du "missionnaire ambulant". Mais ce fut pour peu de temps; en Juin 1915, étant à Taihoku, dans la résidence des Pères Dominicains, il fut atteint d'une congestion cérébrale et s'endormit dans la paix du Seigneur le 4 Juillet 1915.

Sources : Archives des Missions Etrangères de Paris. Bibliographie : "Père Urbain Faurie" by Bunzo Hayata.

Tokyo : "The Botanical Magazine, 1916, pp. 267-272 "

Lien vers le site internet des Missions Etrangères de Paris

Faurie est l'abréviation botanique officielle de Urbain Jean FAURIE.

Liste des plantes assignées à Urbain Jean FAURIE par l'IPNI.

En allant à la bibliothèque de la SNHF, à Paris, j'ai trouvé un livre dans lequel sont mentionnées quelques-unes des plantes transmises par l'abbé FAURIE au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris : "En 1885 et années suivantes, M. l'Abbé FAURIE, missionnaire, transmet au muséum : Cotoneaster sp. var., Epilobium fauriae, Koelreuteria japonica, Lobelia sessiliflora, Peucedanum fauriae, Phellopterus littoralis, Rhus, Rubus, Thuya sp." Dans "L'horticulture dans les cinq parties du monde" - Ch. BALTET - Société Nationale d'Horticulture, 1895.

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.