Ludovic SAVATIER

Ludovic SAVATIER (Paul Amédée Ludovic SAVATIER), 1830-1891, médecin français ayant vécu au Japon entre 1866 et 1876. Le Dr SAVATIER est passionné de botanique et parcourt le pays autant qu'il le peut en recueillant des plantes et en constituant ainsi un herbier. Il déterminera 1 800 espèces, parmi lesquelles 100 étaient entièrement nouvelles ou inconnues jusqu'à lui au Japon. Les fruits de ses travaux considérables sont rassemblés dans un magnifique herbier déposé au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris et dans plusieurs publications scientifiques, dont la plus importante est Enumeratio Plantarum in Japonia Sponte Crescentium, publié avec la collaboration d'Adrien FRANCHET en 1879.

Cet ouvrage, formé de deux gros volumes, a été entrepris pour répondre à la demande des botanistes japonais, désireux de faire concorder leurs descriptions avec les classifications européennes. Les échanges de lettres entre le Dr SAVATIER et Adrien FRANCHET sont nombreux : 221 lettres du Dr SAVATIER adressées à FRANCHET se trouvaient en 1938 aux Archives historiques de la Marine et sont actuellement à la bibliothèque de Phanérogamie du Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris.

Nombre de plantes et arbustes du Japon acclimatés en France proviennent des premiers envois du Dr SAVATIER. (source des informations : blog de M. Michel SAVATIER, son arrière petit-fils ) Sav. est l'abréviation botanique officielle de Ludovic SAVATIER. .

Liste des plantes assignées à SAVATIER par l'IPNI.

ARTICLES DE M. CHRISTIAN POLAK SUR LE DR SAVATIER : Avec l'aimable autorisation de M. Christian POLAK, je vous propose deux liens vers les articles qu'il a rédigés sur le Dr Ludovic SAVATIER, dans le magazine FRANCE JAPON ECO (publication de la Chambre de Commerce et d'Industrie Française du Japon). Il s'agit de fichiers pdf et la première page de la troisième partie est blanche, je vous invite donc à visionner directement la seconde page. Troisième partie de son article : "Recherches d'histoire naturelle, composition de l'herbier du Japon, jardin d'acclimatation à Yokosuka" Quatrième partie de son article : "Publications et reconnaissance"

BULLETIN DE LA SOCIETE ROYALE DE BELGIQUE, 1871 - Extrait sur les recherches d'histoire naturelle faites au Japon par le Dr SAVATIER et description de Rosa luciae, en hommage à Lucie SAVATIER, son épouse. Extrait du Tome Dixième du Bulletin de la Société Royale de Belgique, Bruxelles, de 1871, pages 323 et 324. Cet extrait m'a été remis par Mme Madeleine ROSSIGNEUX, arrière petite-fille du Dr SAVATIER. "M. Savatier, médecin de la marine française, vient de rentrer en France après un séjour de six ans au Japon. Lors de la fondation de l'arsenal d'Yokoska, il fut attaché comme médecin à la colonie d'ouvriers français établie dans le but de perfectionner les japonais dans l'art des constructions navales. Malgré les labeurs de son service médical, le Dr Savatier trouva le moyen de s'occuper activement d'histoire naturelle. En botanique, ses récoltes des années 1867, 1868, 1869, 1870 et 1871 s'élèvent à 1800 espèces représentées par 15 000 échantillons au moins. C'est plus de la moitié de la flore du Japon. Indépendamment des plantes, ce naturaliste a fait de riches collections d'oiseaux, d'insectes, de coquilles vivantes et fossiles; il a réuni une magnifique série d'armes et d'outils en pierre polie et taillée d'un grand intérêt pour l'étude comparative des objets analogues recueillis en si grande abondance sur le sol de l'Europe, depuis plusieurs années.

Toutes les collections de M. le Dr Savatier sont entre les mains de M. de Rochebrune, d'Angoulême, qui s'occupe plus spécialement des oiseaux, des insectes et des coquilles, et de M. Franchet, de Cour Cheverny, qui s'est chargé de la détermination des plantes. M. le Dr Savatier retournera au Japon vers la fin de cette année et y poursuivra avec un nouveau zèle les recherches qui lui ont déjà procuré de si magnifiques résultats. Grâce à l'extrême obligeance de M. Franchet, nous avons été mis à même d'étudier la riche collection de Roses japonaises recueillies par M. le Dr Savatier. Parmi ces Roses, il en existe une espèce tout à fait nouvelle et que MM. Franchet et de Rochebrune ont nommée Rosa Luciae. Nous croyons devoir en faire la description. Rosa Luciae Franch. et Rochebr.; R. Wichuraiana Crép. olim in Herb. reg. Berol. Ramuscules florifères flexueux, souvent en zigzag, glabres, à aiguillons crochus, irrégulièrement géminés sous les feuilles. Folioles 5-7, ovales, ovales-elliptiques, ou ovales-suborbiculaires, arrondies ou brièvement atténuées à la base, glabres, assez épaisses et coriaces, plus pâles en dessous, à dents simples, assez larges et brièvement mucronées; les folioles des feuilles inférieures et moyennes brièvement aiguës ou obtusiuscules, celles des feuilles supérieures brièvement acuminées. Stipules toutes étroites, à bords finement denticulés, plus rarement fimbriés, à dents ou cils plus courts que la largeur des ailes stipulaires, à oreillettes étroites, longuement acuminées, divergentes. Pétioles glabres, finement aiguillonnés, un peu glanduleux. Bractées promptement caduques, finement denticulées ou entières, les secondaires dépassant la moitié inférieure des pédicelles. Inflorescence très-variable, tantôt très-développée en panicule pyramidale, tantôt corymbiforme et pauciflore. Pédicelles florifères roides, glabres, rarement un peu glanduleux. Réceptacle florifère petit, ovoïde ou ovoïde-arrondi, glabre. Sépales ovales ou ovales-lancéolés, souvent entiers, ou les extérieurs munis de 1-2 pinnules, réfléchis après la floraison et caducs. Disque plus ou moins saillant. Styles velus, réunis en une colonne assez épaisse égalant les étamines. Réceptacle fructifère sphérique. Hab. - Haies autour de Jokohama (Nippon). Cette espèce, qui paraît constituer un arbrisseau grimpant, se distingue nettement du R. multiflora Thunb. par de nombreux caractères.

Nous en avions déjà vu des échantillons recueillis par Wichura et conservés dans l'herbier royal de Berlin. Nous avons cru devoir abandonner le nom que nous avions imposé à cette espèce pour lui laisser celui qui rappelle le souvenir de Madame Lucie Savatier. Cette dame courageuse n'a pas craint d'accompagner son mari dans l'extrême Orient, où elle s'est associée avec beaucoup de zèle et d'activité aux recherches scientifiques de l'heureux et infatigable explorateur du Japon."

La maison du Dr SAVATIER a été restaurée et se trouve actuellement au sein de la base militaire américaine de Yokosuka. Photo de la maison du Dr SAVATIER en juin 1870 (photo transmise par M. Michel SAVATIER).

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.