Bienvenue sur ce site nominatif, qui rassemble tout ce que j'ai traduit du japonais et publié sur mon ancien site JARDINS BOTANIQUES JAPONAIS*, sur mon blog d'actu du monde végétal japonais et sur les JARDINS DE SANUKI, depuis 2008.

Spécialiste de l'histoire de l'horticulture japonaise à l'époque d'EDO (1603-1868), j'ai rédigé un mémoire sur "La grande vogue de l'ipomée à l'époque d'Edo" pour le Master 2 de Japonais, que j'ai terminé à l'INALCO en juillet 2015, et je poursuis mes recherches dans ce domaine. Cela se traduit également par la rédaction d'articles et des conférences.

En parallèle, je suis présidente de l'association Vouvray Patrimoine; je m'intéresse à l'histoire de l'horticulture ornementale de la région Centre-Val de Loire, à l'histoire des jardins, et je crée des projets de développement autour du patrimoine végétal.

Pour me contacter : contact.sophieleberre{arobase}gmail.com - Lien vers mon parcours professionnel

Sophie Le Berre

* J'attire votre attention sur le fait que mes anciens noms de sites Internet "jardins botaniques japonais.fr" et "jardins de Sanuki.fr" ont été repris par d'autres personnes et dans l'un des deux cas, une bonne partie de mes traductions et de mes pages a été littéralement copiée sans aucun scrupule et sans que je sois sollicitée.

LIEN VERS LES PLANTES DU JAPON

LIEN VERS LES JARDINS DE SANUKI

Le Ginza Bee project à Tokyo

Avez-vous déjà entendu parler des ruches du quartier de Ginza, à Tokyo ?
A l'image des ruches du toit de l'Opéra Garnier à Paris et du parc Georges Brassens, dans le 15ème arrondissement, le chic et célèbre quartier Ginza, de Tokyo a, lui aussi, ses ruches et sa production de miel depuis 2006...

Bandeau de la page d'accueil du site de Ginza Bee Project

Les abeilles de Ginza sont appelées "ginpachi" en japonais et on peut dire qu'elles sont la nouvelle "mascotte" du quartier !

Abeilles de Ginza Bee Project ©

Les ruches sont placées sur le toit d'un bâtiment qui se trouve près du carrefour de Ginza 4-chome, à 45 mètres de hauteur...
Le miel produit par les abeilles de Ginza est utilisé pour confectionner toutes sortes de "douceurs" et de gâteaux, vendus dans les boutiques du quartier; quant à la cire, elle est employée pour faire les bougies qui seront allumées à la messe de Noël dans l'église de Ginza.

Naissance du "Ginza Bee Project"
Ces ruches sont gérées par une association non lucrative (NPO) appelée "Ginza Bee Project", qui rassemble des bénévoles de "Ginza Shokugakujuku" (association qui s'intéresse à l'alimentation) et de "Ginza Town Study Group" (qui étudie l'histoire et la culture du quartier de Ginza).

L'objectif du projet est d'étudier l'environnement et les écosystèmes du quartier de Ginza, situé en plein coeur de Tokyo grâce aux abeilles et au miel qu'elles produisent.
Au début du projet, fin 2005, certaines personnes étaient inquiètes qu'il y ait des abeilles dans un quartier aussi densément peuplé, par peur d'une invasion d'abeilles ou de piqûres, mais il s'avère que les abeilles sont plutôt pacifiques et n'attaquent que si elles sont surprises ou menacées.
Après plusieurs réunions d'explications sur le comportement des abeilles, trois ruches furent installées sur le toit d'un bâtiment et les abeilles commencèrent leur nouvelle vie dans ce très chic quartier de Tokyo !
On dit que les abeilles volent dans un espace de trois à quatre kilomètres autour de leur ruche et dans le cas de Ginza, cela signifie qu'elles vont butiner dans les jardins du Palais Impérial de Tokyo, dans le parc Hibiya et dans les magnifiques jardins du Hama-Rikyu !
Il y a également de nombreux arbres plantés dans le quartier et donc autant de possibilités de se rassasier de fleurs de marronniers, de tilleuls, de tulipiers de Virginie, de cerisiers, etc. Il y a même une carte sur laquelle on peut voir les jardins du quartier, les principales espèces de plantes que peuvent butiner les abeilles et les lieux de vente des produits à base de ce miel.

Un clic sur la photo vous permet d'agrandir la carte


La quantité de miel récoltée a augmenté d'année en année et ce sont plus de 700 kg de miel qui ont été recueillis en 2009.

A l'image de ce que l'on entend régulièrement en France, les abeilles sont un excellent indicateur environnemental car elles sont très sensibles aux pesticides, qui sont malheureusement également utilisés sur de vastes superficies agricoles au Japon et qui contribuent ainsi à la disparition des abeilles... Et comme à Paris, l'utilisation des pesticides est désormais évitée dans le centre de Tokyo, pas uniquement pour le bien-être des abeilles, mais également pour diminuer le nombre d'allergies chez les humains ! Ginza a donc fini par être un quartier "bee-friendly" et grâce à l'excellente qualité du miel produit, les habitants, les médias ont pris conscience de la richesse naturelle, environnementale de ce coeur de Tokyo.


Des ruches, mais aussi des jardins sur les toits de Ginza !

Eh oui, afin de multiplier les zones de butinage des abeilles dans le quartier de Ginza, un projet, le "Ginza Green Project" a vu le jour en 2007 avec pour objectif de créer des jardins de fleurs et de légumes sur le toit des immeubles.

Ce projet a démarré sur le toit du grand magasin Matsuya Ginza, avec la coopération de Masaki ENVEC Co., une société spécialisée dans la conception de jardins sur les toits.
Voici une petite vidéo qui vous donne une idée de ce qui a été réalisé...



En plus de fournir de la matière première aux abeilles, l'objectif de ces jardins sur les toits est également de contribuer à réduire le phénomène des "îlots de chaleur urbains" (dont j'ai parlé dans mon précédent message) et de favoriser le "produire local, manger local", grâce à la production du miel et la confection d'aliments à partir de ce miel. C'est aussi une façon de réunir les gens autour de l'environnement et d'une éthique.

Aujourd'hui, 30 employés du grand magasin Matsuya et de ses partenaires participent à l'entretien du jardin sur le toit de l'immeuble en tant que bénévoles, après leur journée de travail.
Apparemment cet intérêt environnemental du grand magasin Matsuya, par le biais du potager sur le toit, ouvert au public, plaît à la clientèle, qui encourage régulièrement la direction du magasin à poursuivre cette activité. La société Matsuya prévoit même d'utiliser les herbes aromatiques cultivées sur le toit de l'immeuble dans la confection de gâteaux et de pains, qui seront bien évidemment vendus dans le magasin.

Le "Ginza Green Project" intéresse de plus en plus de gens au Japon, dont des étudiants et des membres du Ministère de l'Agriculture. A côté du grand magasin Matsuya, le Ginza Blossom (location de salles de mariage), une galerie d'art et des établissements commerciaux ont décidé de participer à ce projet en faisant, à leur tour, pousser sur leur toit des herbes aromatiques, du riz pour le saké, des fruits et des fèves qui sont servies en apéritif dans les bars chic des environs !

Les abeilles japonaises... 

Les trois ruches installées en mars 2006 à Ginza sont peuplées d'abeilles européennes. Elles ont été introduites au Japon durant l'époque Meiji (1868-1912) car elles ont la réputation de produire davantage de miel, raison pour laquelle de nombreux apiculteurs japonais les élèvent.

Miel produit à Ginza - Ginza Bee Project ©

Les abeilles japonaises, elles, produisent moins de miel et sont plus difficiles à élever donc leur intérêt est moindre, du point de vue de l'apiculteur. Néanmoins on a pris conscience que les abeilles japonaises étaient mieux munies pour lutter contre les frelons, ennemis naturels des abeilles européennes. Il semble également que les abeilles japonaises soient moins sensibles aux maladies et tolèrent davantage la chaleur et le froid extrêmes, étant par là mieux adaptées à l'environnement climatique du Japon... ce qui paraît tout à fait normal vu qu'elles sont nées là-bas !
Les abeilles japonaises ont généralement été considérées comme des "pestes" et souvent exterminées (essaims dans les arbres des quartiers résidentiels) mais, en 2007, le "Ginza Bee Project" a décidé de lancer un mouvement pour la conservation de ces abeilles japonaises en les sauvant de l'extermination et en les élevant à Ginza.

Vers la création du "satoyama" de Ginza...

Si l'on remonte le fil de l'histoire, le quartier de Ginza a été l'un des premiers de Tokyo à introduire la technologie occidentale, en adoptant, par exemple, la construction en brique et les réverbères dans les rues. Depuis la fin du 19ème siècle, période à laquelle la ville de Edo (ancien nom de Tokyo) est devenue Tokyo (la capitale de l'est), Ginza a toujours été en avance sur son temps tout en préservant l'histoire et la culture japonaise.
Lorsque de nombreux hauts buildings furent construits dans différents arrondissements de Tokyo, le quartier de Ginza décida de fixer une hauteur maximum de 56 mètres pour les futurs bâtiments, par une ordonnance de 2006.
Atsuo TANAKA, cofondateur du Ginza Bee Project déclara que "notre vision du futur pour Ginza n'est pas de créer un lieu où les bâtiments sont en concurrence pour leur hauteur, mais un lieu où les gens et même les petits insectes peuvent habiter en harmonie avec la nature. Nous pensons que, grâce aux abeilles, nous allons créer un arrondissement vert en plein coeur de la ville, un peu comme un "satoyama" (cette fameuse zone agricole traditionnelle, très riche en biodiversité, entre les villages et la forêt). Nous serions heureux si notre projet pouvait aider aux futurs schémas d'urbanisation du Japon", dit-il.
Beaucoup de gens sont vraiment impatients de voir comment va évoluer le Ginza Bee Project dans ce nouveau "satoyama" de Ginza, avec des abeilles butinant partout !
Et, en attendant, grâce à l'intérêt des gens pour les abeilles, cela a permis de récolter des fonds pour les victimes du tsunami de la région du Tohoku...!

Et voici, pour finir, la petite vidéo que l'on trouve sur le site de Ginza Bee Project : même si vous ne comprenez pas le japonais, cela vous donnera une idée du lieu et de ce qui s'y passe !

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.