Bienvenue sur ce site nominatif, qui rassemble tout ce que j'ai traduit du japonais et publié sur mon ancien site JARDINS BOTANIQUES JAPONAIS*, sur mon blog d'actu du monde végétal japonais et sur les JARDINS DE SANUKI, depuis 2008.

Spécialiste de l'histoire de l'horticulture japonaise à l'époque d'EDO (1603-1868), j'ai rédigé un mémoire sur "La grande vogue de l'ipomée à l'époque d'Edo" pour le Master 2 de Japonais, que j'ai terminé à l'INALCO en juillet 2015, et je poursuis mes recherches dans ce domaine. Cela se traduit également par la rédaction d'articles et des conférences.

En parallèle, je suis présidente de l'association Vouvray Patrimoine; je m'intéresse à l'histoire de l'horticulture ornementale de la région Centre-Val de Loire, à l'histoire des jardins, et je crée des projets de développement autour du patrimoine végétal.

Pour me contacter : contact.sophieleberre{arobase}gmail.com - Lien vers mon parcours professionnel

Sophie Le Berre

* J'attire votre attention sur le fait que mes anciens noms de sites Internet "jardins botaniques japonais.fr" et "jardins de Sanuki.fr" ont été repris par d'autres personnes et dans l'un des deux cas, une bonne partie de mes traductions et de mes pages a été littéralement copiée sans aucun scrupule et sans que je sois sollicitée.

LIEN VERS LES PLANTES DU JAPON

LIEN VERS LES JARDINS DE SANUKI

Le Japon attend patiemment les premières fleurs de cerisiers (mars 2009)

C'est le titre d'un article publié ce matin par Lily Eclimont, dans "Aujourd'hui le Japon" et une excellente entrée en matière pour la conférence que je vais faire samedi 21 sur les cerisiers du Japon.
Je vous livre les premières phrases de son article :

"Voici bientôt arrivée la saison préférée des Japonais : celle de la floraison des cerisiers. Dès la fin mars, avec les boutons roses et blancs s'ouvre une période de réjouissances pour les habitants de l'archipel

Réunis sous de vastes bouquets d'arbres, les familles, les groupes d'amis et les staffs d'entreprise pique-niquent, chantent et festoient. A lui seul, le parc d'Ueno de Tokyo et ses 1100 cerisiers accueillent chaque jour plus de 200 000 personnes, venues s'adonner à la contemplation de cette beauté éphémère.

Pour les Nippons, cette tradition millénaire est aussi l'occasion de se dérober à l'étouffante pression sociale qui s'exerce au quotidien. La forte consommation de bière et de saké aidant, les employés peuvent alors se permettre, exceptionnellement, de s'adresser à leur supérieur hiérarchique sans utiliser les précautionneuses formules de politesse." (un clic sur le titre de ce message vous permet d'accéder à l'article dans son intégralité)

C'est vraiment le sentiment que j'ai toujours eu au Japon : face à l'impermanence des choses, à la fragilité de la vie, le peuple japonais s'émeut devant la beauté éphémère des fleurs de cerisiers et trouve toujours l'occasion de festoyer pour profiter de ce moment.
C'est d'autant plus fort en cette période de crise économique, que traverse également le Japon. L'occasion, pour les Japonais, de se changer les idées et de trouver un peu de joie dans un quotidien qui n'est pas toujours rose.
Et si l'on faisait la même chose en France ? Organiser des banquets sous les fleurs de cerisiers et de magnolias, par exemple ?

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.