Bienvenue sur ce site nominatif, qui rassemble tout ce que j'ai traduit du japonais et publié sur mon ancien site JARDINS BOTANIQUES JAPONAIS*, sur mon blog d'actu du monde végétal japonais et sur les JARDINS DE SANUKI, depuis 2008.

Spécialiste de l'histoire de l'horticulture japonaise à l'époque d'EDO (1603-1868), j'ai rédigé un mémoire sur "La grande vogue de l'ipomée à l'époque d'Edo" pour le Master 2 de Japonais, que j'ai terminé à l'INALCO en juillet 2015, et je poursuis mes recherches dans ce domaine. Cela se traduit également par la rédaction d'articles et des conférences.

En parallèle, je suis présidente de l'association Vouvray Patrimoine; je m'intéresse à l'histoire de l'horticulture ornementale de la région Centre-Val de Loire, à l'histoire des jardins, et je crée des projets de développement autour du patrimoine végétal.

Pour me contacter : contact.sophieleberre{arobase}gmail.com - Lien vers mon parcours professionnel

Sophie Le Berre

* J'attire votre attention sur le fait que mes anciens noms de sites Internet "jardins botaniques japonais.fr" et "jardins de Sanuki.fr" ont été repris par d'autres personnes et dans l'un des deux cas, une bonne partie de mes traductions et de mes pages a été littéralement copiée sans aucun scrupule et sans que je sois sollicitée.

LIEN VERS LES PLANTES DU JAPON

LIEN VERS LES JARDINS DE SANUKI

Neofinetia falcata

Après les orchidées terrestres de cette série, voici la première orchidée épiphyte, Neofinetia falcata (Thunb.) Hu.

Neofinetia falcata sur un arbre au Japon, Internet

Son nom japonais est : fûran, フウラン, 風蘭; le premier kanji étant celui du vent, le second, celui de l'orchidée.
Le nom fûkiran est attribué aux variétés horticoles de l'espèce, développées à partir de l'ère Edo.

Fleurs de Neofinetia falcata - Internet

 

Zoom sur la fleur de Neofinetia falcata - Internet

Distribution : depuis le sud de la région du Chûbu (île principale de Honshû) jusqu'à l'archipel des Ryûkyû, sur les grands arbres feuillus persistants, sur les rochers; Corée et Chine.
Cette orchidée est menacée d'extinction dans la nature et figure dans la catégorie vulnérable, VU, de la liste rouge du Japon. Si l'on regarde le détail de la carte diffusée par le Ministère de l'Environnement du Japon, on constate qu'elle est également en danger dans certaines préfectures.
Légende des couleurs : en jaune = presque menacé (NT), en orange = vulnérable (VU), en framboise = en danger (EN).

Neofinetia falcata sur la liste rouge du Japon, Ministère de l'Environnement du Japon ©


Hauteur de la plante : 10 à 15 cm.
Tige courte, dressée; feuilles étroites, coriaces, avec une extrémité pointue; racines aussi épaisses que la tige, de couleur blanche.
Croissance assez lente, avec 2 à 3 nouvelles feuilles par tige chaque année, néanmoins les feuilles peuvent durer plusieurs années (de 4 à 5 ans, rarement 8).
Floraison au début de l’été (juin à août), fleurs très parfumées, la hampe florale se développe au milieu des feuilles et porte de 3 à 5 fleurs. Fleurs blanches, pouvant porter des touches pourpres; le labelle est orienté vers l’avant et légèrement découpé en trois parties. Autre caractéristique : un long éperon, orienté vers le bas, arrondi, avec une extrémité qui retourne vers l’avant.

Cette espèce est utilisée comme plante ornementale, en orchidée d'intérieur ou bien à l'extérieur, dans les régions tempérées, en la faisant pousser sur un support tel qu'une boule de fougère, une boule de mousse ou du bois flottant.

Kokedama extérieur de Neofinetia falcata - Internet

A partir du milieu de l'ère Edo (début du 19ème), la création variétale s'est concentrée sur la production de formes et de feuillages différents, colorés, marginés, panachés. Entre 1804 et 1824, il semble même qu'il y ait eu un "boom" de cette plante, qui était adorée par le 11ème shogun Tokugawa (Ienari TOKUGAWA, 1787-1837) et qui devint un objet de passion, de collection et de concurrence entre les grands seigneurs féodaux de l'époque. A la fin de l'ère Edo, cette passion pour les variétés horticoles du Neofinetia falcata s'étendit au peuple japonais.
Une centaine de ces variétés anciennes a survécu jusqu'à aujourd'hui et alors que la forme de la plante et son feuillage étaient au centre de la création variétale sous l'ère Edo, c'est désormais sur la fleur et sur sa couleur que les Japonais travaillent.

Neofinetia falcata 'Akebono' - Internet
Neofinetia falcata 'Karanishiki' - Internet
Neofinetia falcata 'Asahidono' - Rakuten ©
Neofinetia falcata 'Tôgen' - Internet
Neofinetia falcata 'Shinkyûden' - Internet
Neofinetia falcata 'Hisui' - Rakuten ©
Neofinetia falcata 'Shôjô' - Internet
Neofinetia falcata 'Kôjaku' - Rakuten ©

Les plantes sont traditionnellement plantées dans des pots prévus à cet effet, au sommet d'une montagne de sphaigne et font l'objet d'expositions régulières à travers tout le pays.

Exposition de Fûkiran au Japon

 

Exemple de pots traditionnels pour les Fûkiran

 

Exposition de Fûkiran au Japon

Quelques conseils de culture glanés sur les sites japonais :

  • Pendant toute l’année, emplacement à mi-ombre, clair et bien aéré; soleil le matin; pour les plantes placées à l'extérieur, veiller à les protéger du vent froid en hiver; une petite serre non chauffée peut faire l'affaire au Japon (régions tempérées).
  • En culture dans la sphaigne : attendre un à deux jours après que la surface ait séché pour arroser; dans le cas d’une plante fixée sur une boule de fougère ou sur du bois flottant, arroser tous les jours. En hiver, humidifier avec un spray d’eau douce une fois par semaine. 
  • Rempotage : dans le cas de la sphaigne, rempoter chaque année, entre avril et mai. 
Coupe de la plante en pot avec la sphaigne - selvio.com ©

Informations traduites du japonais vers le français - Sophie Le Berre.

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.