Bienvenue sur ce site nominatif, qui rassemble tout ce que j'ai traduit du japonais et publié sur mon ancien site JARDINS BOTANIQUES JAPONAIS*, sur mon blog d'actu du monde végétal japonais et sur les JARDINS DE SANUKI, depuis 2008.

Spécialiste de l'histoire de l'horticulture japonaise à l'époque d'EDO (1603-1868), j'ai rédigé un mémoire sur "La grande vogue de l'ipomée à l'époque d'Edo" pour le Master 2 de Japonais, que j'ai terminé à l'INALCO en juillet 2015, et je poursuis mes recherches dans ce domaine. Cela se traduit également par la rédaction d'articles et des conférences.

En parallèle, je suis présidente de l'association Vouvray Patrimoine; je m'intéresse à l'histoire de l'horticulture ornementale de la région Centre-Val de Loire, à l'histoire des jardins, et je crée des projets de développement autour du patrimoine végétal.

Pour me contacter : contact.sophieleberre{arobase}gmail.com - Lien vers mon parcours professionnel

Sophie Le Berre

* J'attire votre attention sur le fait que mes anciens noms de sites Internet "jardins botaniques japonais.fr" et "jardins de Sanuki.fr" ont été repris par d'autres personnes et dans l'un des deux cas, une bonne partie de mes traductions et de mes pages a été littéralement copiée sans aucun scrupule et sans que je sois sollicitée.

LIEN VERS LES PLANTES DU JAPON

LIEN VERS LES JARDINS DE SANUKI

Le Lycoris radiata

Chaque année à la même époque, je ne peux m'empêcher de parler du Lycoris radiata car je l'adore, tout simplement.

 Cette plante est, pour moi, tellement symbolique de la campagne japonaise, à l'image du Miscanthus sinensis, ou du Lespedeza bicolor. J'ai beaucoup marché dans la campagne autour de Takamatsu et il y en avait partout à cette époque de l'année !

Nom botanique : Lycoris radiata (l'Hér.) Herb., famille des Amaryllidaceae ou des Liliaceae, selon la classification.
Noms japonais : higan-bana (彼岸花、ヒガンバナ), manjushage (マンジュシャゲ).
On trouve apparemment peu de choses en français sur le Lycoris radiata et je n'en ai jamais vu lors des fêtes des plantes donc je ne sais pas si quelqu'un en produit en France.

Cette plante vivace, bulbeuse, est entièrement toxique. Elle fleurit en ce moment au Japon et on la trouve principalement le long des chemins et des rizières, dans des endroits plutôt humides.
On peut la trouver également en sous-bois, mais il semble que cela indique un endroit autrefois cultivé par l'homme car c'est vraiment une plante compagne de l'homme.

 Elle est originaire de Chine et a été apportée par les moines bouddhistes au Japon, il y a plusieurs siècles, où elle s'est naturalisée depuis l'île de Hokkaido jusqu'à l'archipel des Ryukyu, à l'extrême sud. La forme du Lycoris radiata japonais est particulière car elle est triploïde (3n chromosomes) ce qui en fait une plante stérile, reproduite par voie végétative.
Après la floraison en septembre (les tiges et fleurs disparaissent), la plante développe des feuilles longues et minces, de 30 à 50 cm de long, de couleur vert foncé, en forme de rosette, pendant la fin de l'automne et l'hiver.
Puis les feuilles disparaissent au printemps; plus aucune partie de la plante n'est visible jusqu'à la fin de l'été, où de longues tiges se développent pour la floraison rouge vif.

 Les fleurs du Lycoris radiata sont très utilisées au Japon en fleurs coupées, notamment en ikebana.
Leur nom a également une histoire et il est vrai que certains Japonais les associent à la mort... En effet, "higan" signifie "équinoxe d'automne" (vers le 22 septembre), car c'est la période à laquelle le Lycoris radiata fleurit, mais c'est également une période pendant laquelle les Japonais ont l'habitude de se rendre sur les tombes de leurs défunts.

 Mais retenons surtout le fait que c'est une plante qui illumine véritablement la campagne, les sous-bois et les bouquets d'automne au Japon !

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.