Bienvenue sur ce site nominatif, qui rassemble tout ce que j'ai traduit du japonais et publié sur mon ancien site JARDINS BOTANIQUES JAPONAIS*, sur mon blog d'actu du monde végétal japonais et sur les JARDINS DE SANUKI, depuis 2008.

Spécialiste de l'histoire de l'horticulture japonaise à l'époque d'EDO (1603-1868), j'ai rédigé un mémoire sur "La grande vogue de l'ipomée à l'époque d'Edo" pour le Master 2 de Japonais, que j'ai terminé à l'INALCO en juillet 2015, et je poursuis mes recherches dans ce domaine. Cela se traduit également par la rédaction d'articles et des conférences.

En parallèle, je suis présidente de l'association Vouvray Patrimoine; je m'intéresse à l'histoire de l'horticulture ornementale de la région Centre-Val de Loire, à l'histoire des jardins, et je crée des projets de développement autour du patrimoine végétal.

Pour me contacter : contact.sophieleberre{arobase}gmail.com - Lien vers mon parcours professionnel

Sophie Le Berre

* J'attire votre attention sur le fait que mes anciens noms de sites Internet "jardins botaniques japonais.fr" et "jardins de Sanuki.fr" ont été repris par d'autres personnes et dans l'un des deux cas, une bonne partie de mes traductions et de mes pages a été littéralement copiée sans aucun scrupule et sans que je sois sollicitée.

LIEN VERS LES PLANTES DU JAPON

LIEN VERS LES JARDINS DE SANUKI

Le marché des légumes frais fleurit au Japon

Article paru hier dans "Aujourd'hui le Japon
J'ai ajouté quelques photos et surtout activé les liens vers les sites internet mentionnés dans l'article. Lorsque je suis allée à Tokyo en mai dernier, j'ai effectivement été agréablement surprise de voir qu'il y avait (enfin) des petits marchés de légumes et autres produits frais en plein Tokyo... Quelle différence avec le Tokyo que j'ai connu en 1989 !

Entre restaurants de ferme et marchés aux légumes, la nourriture fraiche revient dans les assiettes japonaises. Pas de sushi ni de teppanyaki au menu, simplement des légumes frais de la campagne japonaise.En manque de saveur, fatigués de la nourriture industrielle et préoccupés par l'environnement, les Japonais redécouvrent les légumes frais. Avec les restaurants et les marchés, les habitants des grandes villes tentent de retrouver du goût dans les produits locaux.

Bel exemple de ce retour à la fraîcheur, les nôka resutoran, littéralement « restaurants de ferme ». Proposant un menu quotidien à prix fixe basé sur les produits disponibles dans la ferme, ils sont équivalents aux tables d'hôtes françaises.

Le restaurant Roshi, à Takasaki dans la préfecture de Gunma au nord de Tokyo, pousse le vice à ne proposer qu'un seul plat par jour. La recommandation du chef se vend à 1000 yens, un peu moins de 9 euros, et le client ne sait jamais ce qu'il va avoir dans son assiette. Le plat dépend des légumes cueillis le matin.

« La cuisine simple est la meilleure façon de ressentir le goût réel des légumes locaux », explique au journal Mainichi la propriétaire du restaurant Reiko Takahashi. Ancien professeur, elle a été convaincue de changer de voie par ses élèves. Ces derniers la complimentaient régulièrement pour ses soupes miso et ses boules de riz qu'elle offrait au déjeuner.

Elle fait elle-même pousser ses tomates, concombres, pommes de terre, carottes et autres légumes et achète les autres produits à deux agriculteurs bio voisins. Le succès est tel que le restaurant ne peut recevoir que sur réservation pour cinq groupes par jour.

Et si les habitants de la capitale font 100 kilomètres pour venir à son restaurant le week-end, elle a une explication : « J'espère qu'un moment de calme avec des légumes frais et une vue de la campagne peut aider les gens à rafraîchir leur corps et leur âme ».

Selon une étude du gouvernement citée par le quotidien, il y avait 826 restaurants de ferme en 2005, pour 8,43 millions de clients par an. Un site internet public a même été mis en place. Cocokichi, abréviation de Kokoro Kichin (la cuisine du coeur), regroupe pour le moment 225 restaurants du genre dans tout le pays.

 « Les restaurants de ferme attirent beaucoup de monde parce qu'ils permettent aussi aux visiteurs de voir les paysages, la culture et la vie des locaux », suggère l'un des responsables du site.

20 marchés créés dans les grandes villes depuis septembre

Mais certains citadins préfèrent cuisiner eux-mêmes. Pas de problème, les légumes peuvent se déplacer jusqu'à la ville. Depuis quelques mois, les marchés du week-end fleurissent dans la capitale, suivant un concept importé de France et des Etats-Unis.

Les marchés de fermiers ont profité du soutien du gouvernement en septembre dernier, avec le projet « Marche Japon ». Dans plusieurs quartiers des grandes villes, vingt marchés ont été créés, permettant aux agriculteurs de vendre directement leurs produits aux consommateurs.

« Au supermarché, tout est en libre-service. Il n'y a personne qui peut vous aider si vous avez des questions sur les produits », regrette Kazuki Iimura, organisateur d'un marché dans le quartier de Chiyoda à Tokyo.

Le Kotsu Kaikan Marche qu'il a créé en avril est le dernier d'une longue série à Tokyo. Il explique au Japan Times le retour de ce type de marché au Japon : « Les gens sont fatigués du système du libre-service. Ils reviennent au vieux style de marché, où vous pouvez avoir une discussion en face à face avec les vendeurs ».

Yusuke Miyaji, organisateur du Hills Marche dans un autre quartier de Tokyo, est également déçu par l'industrie actuelle : « L'un des problèmes est que les prix sont uniquement déterminés par les cours et les standards du marché ».

« Le goût ne figure même pas dans l'évaluation d'un produit. Les consommateurs s'en remettent donc à choisir les produits en se basant sur des choses comme la forme », poursuit-il dans le quotidien anglophone.

Son but est de revitaliser l'industrie agricole et les zones rurales. Pour y parvenir, il veut persuader les jeunes que l'agriculture est un bon choix de carrière.

Entre le salaryman victime de la crise et l'agriculteur revigoré, les arguments existent. Reste à convaincre les jeunes de quitter les quartiers branchés de Tokyo pour vivre à la campagne.

Pour ceux qui habitent à Tokyo ou qui seraient actuellement de passage à Tokyo, voici la liste des marchés de légumes de Tokyo, extraite d'un article du Japan Times :

Where to find daily and weekly farmers markets in Tokyo

Hills Marche
Every Sat., 10:00 a.m.-2:00 p.m. Starting from Sept. 26. Ark Hills in Ark Karajan Place; 1 min. walk from Exit 3, Roppongi-Ichome Station, Namboku Line or 1 min. walk from Exit 13, Tameike- sanno Station (Ginza Line). Parking: ¥200 / 15 min. www.hills-marche.com (Japanese and English)
Farmers Market @ UNU
Every Sat. and Sun., 10 a.m.-4 p.m. United Nations University, Aoyama Campus; 5 min. walk from Exit B2, Omotesando Station (Chiyoda, Ginza, or Hanzomon lines). No parking available www.farmersmarkets.jp (Japanese only)
Kotsu Kaikan Marche
Every Sat., Sun. and national holiday, 2 p.m.-6 p.m. till August at Tokyo Kotsu Kaikan; 1 min. walk from Yurakucho Station (JR Yamanote or Yurakucho lines). Nearby parking available. www.kotsukaikan-marche.jp (Japanese only)
Ibaraki Ichi
Every Sat. from 7-9 a.m. at Roppongi Hills East Court, directly connected to Exit 1C of Roppongi Station (Hibiya Line). Parking: ¥300/30 min. www.roppongihills.com/jp/events/ibaraki.html (Japanese only)
Aozara Ichiba
Dates and venues announced every month on the Web site. Next market will be on Sept. 12, 10 a.m.-4:30 p.m. at the Tokyo International Forum; 1 min. walk from Yurakucho Station (JR Yamanote Line). Parking: ¥200 / 30min. www.aozora-ichiba.co.jp (Japanese only)
Marche Japon
Markets in 12 cities throughout Japan, including in nine areas of Tokyo (Akasaka, Roppongi, Odaiba, Kinshicho, Ikebukuro, Ebisu, Shibuya, Kichijoji and Shiodome). Schedules and venues are announced on www.marche-japon.org/schedule (Japanese only).
Farmers Market Futago Tamagawa
Farmers Market Futago Tamagawa and around 10 other small markets spread across the Futago Tamagawa area of Setagaya Ward. Tue.-Sun., 9 a.m.-4:30 p.m., closed on Mon. Markets are around a 15 min. walk from Futago Tamagawa Station (Denentoshi or Ooimachi lines). www.farmersmarket-ja.com/futagotamagawa/index.html (Japanese only)
Earthday Market
Venues and schedules are announced monthly on the Web site, www.earthdaymarket.com (Japanese only).
Refarm
Farming nonprofit, which organizes Hills Marche also holds a monthly barbeque event to connect consumers and producers. For more information, visit www.re-farm.jp/index.html (Japanese only).

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.