Pueraria lobata

Pueraria lobata (Willd.) Ohwi, Synonyme Pueraria montana (Lour.) Merr. var. lobata (Willd.) Maesen & S.M.
C'est l'avant-dernière plante de cette série des 7 plantes d'automne du Japon et, franchement, c'est la plante des superlatifs...!

Dessin de kuzu, annonçant l'arrivée de l'automne - Internet

Mais avant de m'étendre sur les particularités, multiples, de cette plante, en voici quelques informations de base.

Son nom japonais est kuzu (クズ) et non pas kudzu, comme j'ai pu le voir ici et là.
Ce nom viendrait d'un lieu, appelé Kuzu, situé dans l'ancienne province du Yamato (aujourd'hui la préfecture de Nara) et connu pour être un lieu de production de la poudre, à partir des racines de la plante.

Il s'agit donc d'une liane (plus que) vivace, de la famille des Fabaceae, que l'on trouve au Japon depuis l'île de Hokkaidô jusqu'à l'île de Kyûshû et Okinawa, mais également en Corée, en Chine et dans le sud-est asiatique (zones tempérées et chaudes).
Les feuilles sont caduques, composées et trifoliées; les grappes de fleurs, de couleur pourpre, s'épanouissent au Japon du mois d'août au mois de septembre, en épi dressé, dégageant un parfum sucré qui attire de nombreux insectes.

Les fleurs du kuzu - Internet
Les feuilles du kuzu - Internet

On la trouve dans la campagne japonaise, en lisière de forêt, sur le bord des routes, dans les endroits un peu délaissés par l'homme, qu'elle colonise très rapidement.

Lianes de kuzu qui envahissent la campagne japonaise - Internet

Elle ne semble pas supporter des températures inférieures à -15°C en hiver et prospère dans les endroits chauds en été (température au-dessus de 27°C), avec une certaine humidité. La liane épaissit d'année en année, jusqu'à devenir ligneuse. Elle se répand sur le sol, sur les arbres, qu'elle recouvre jusqu'à les étouffer, sa croissance est incroyable, voire terrifiante. Les racines, charnues, peuvent atteindre jusqu'à 2 mètres de long et de 10 à 20 cm de diamètre. Chaque pied peut émettre jusqu'à 30 tiges, donc vous imaginez la vivacité et le potentiel de survie de cette plante !

Racines de kuzu au Japon - Internet

Une plante considérée comme invasive 
Eh oui, elle figure dans la liste des 100 plantes envahissantes exogènes de l'UICN et est considérée comme une plante invasive aux Etats-Unis, où elle a été introduite au 19ème siècle et s'est naturalisée dans certaines régions, causant de grands dégâts.

Mais une plante traditionnellement utile
Autrefois, dans les campagnes japonaises, le kuzu était cultivé sur les broussailles, près des rizières car les gens en utilisaient les lianes pour les travaux des champs et pour fabriquer des objets de la vie quotidienne. Les lianes étaient alors régulièrement coupées, entretenues et leur développement était limité. Ce n'est malheureusement plus le cas aujourd'hui...

Pour fabriquer des paniers, par exemple, la liane de kuzu est coupée, séchée puis tressée.

Prélèvement des lianes de kuzu dans la campagne japonaise - Internet
Atelier de fabrication des paniers en kuzu - Internet

 

Panier en kuzu utilisé en déco - Internet
Paniers en kuzu - internet

La liane est également bouillie, puis fermentée pour en extraire les fibres; les fibres sont ensuite tissées pour fabriquer du tissu; cette tradition remonte à l'ère Heian.

Séchage des fibres de kuzu au Japon - internet
Tissage en kuzu - internet

Ces tissages, obtenus à partir des fibres du kuzu, s'appellent des kuzu-fu. Autrefois, la classe populaire japonaise les utilisait pour confectionner ses vêtements, quant aux hautes classes, elles destinaient le kuzu-fu à la fabrication des vêtements de deuil.
Aujourd'hui, le kuzu-fu sert de parement, d'habillage sur les fusuma (parois coulissantes) et sur les murs; il est également utilisé pour fabriquer de petits objets de la vie courante, comme des porte-cartes, des sacs et autres accessoires de décoration.

Parois coulissantes recouvertes de kuzu-fu - Internet
Ombrelle réalisée en kuzu-fu - internet

C'est la ville de Kakegawa, dans la préfecture de Shizuoka, qui est le principal lieu de production du kuzu-fu.

C'était aussi un aliment pour le bétail...
Car il était autrefois utilisé pour nourrir chevaux, vaches, chèvres, lapins, dans les campagnes japonaises.

Mais c'est surtout une plante médicinale...
La racine séchée de kuzu fait partie de la pharmacopée japonaise, on l'appelle alors kakkon. Cette poudre de racine a des propriétés sudorifiques, antalgiques; elle réchauffe le corps, favorise la circulation du sang, et c'est le remède des familles japonaises pour lutter contre les refroidissements, l'état fébrile, le rhume et les problèmes liés à l'estomac et aux intestins.

Racine de kuzu vendue au Japon - Koyama ©

Des études médicales récentes montrent également des résultats encourageants dans le traitement de la ménopause, de l'ostéoporose, du diabète, du cancer des seins, de l'utérus et de la prostate.

Dans un autre domaine, l'Université de Miyazaki a mis au point une technique d'extraction de bioéthanol dans le kuzu, en 2008... Peut-être une nouvelle piste pour utiliser cette liane, plus que prolifique, à bon escient ?

L'utilisation de l'amidon de kuzu dans la cuisine japonaise...
L'amidon extrait de la racine de kuzu est appelé kuzu-ko en japonais; il est utilisé comme ingrédient de base pour le kuzu-kiri et pour les gâteaux japonais.
L'amidon de kuzu est mélangé à de l'eau chaude, fondu et il s'appelle alors kuzu-yu. Il épaissit en refroidissant; on le coupe alors en lamelles sur une planche, pour faire une sorte de vermicelle; c'est ce que l'on nomme kuzu-kiri. On peut manger le kuzu-kiri comme des nouilles, ou bien en nabe (pot au feu) ou encore froid avec du miel par-dessus.

Kuzu-kiri - internet

On utilise également l'amidon de kuzu pour faire les gâteaux japonais, notamment les kuzu-mochi, que l'on mange traditionnellement plutôt dans la région du Kantô (Tokyo).

Kuzu-mochi de la région du Kantô - Internet

Et, de manière générale, l'amidon de kuzu est utilisé dans la cuisine japonaise comme épaississant.

Amidon de kuzu vendu au Japon - internet

Les fleurs de kuzu sont également mangées en tempura (beignet) :

Fleurs de kuzu en tempura, à droite - internet

Voici quelques autres emplois du kuzu dans la culture japonaise :

En motif sur un bol - internet

 

Sur un kimono - internet

 

Pour l'emblème d'une famille (kamon) - internet

 

En motif sur une lampe - internet

 

Sur un plat - internet

 

Sur une tasse - internet

 

Et même sur les tuiles d'un toit pour représenter l'emblème familial - internet

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.