Nandina domestica au Japon

Voici le dernier article sur les fructifications rouges de saison au Japon, qui portent bonheur et entrent dans la composition des décorations florales du nouvel an.

Nandina domestica - Internet

Nandina domestica Thunb. (famille des Berberidaceae)
C'est une plante arbustive désormais très connue chez nous et disponible dans beaucoup d'endroits, donc il vous est facile de trouver des informations sur sa culture.
Hauteur de la plante : environ jusqu'à 2 mètres; les plus hauts pouvant même atteindre 4 à 5 mètres.
Floraison blanche au début de l'été japonais et fructification rouge (rarement blanche) de la fin de l'automne à l'hiver.

Fleurs du Nandina domestica - Wikipédia

 

Feuillage vert du Nandina domestica - Wikipédia

 

Baies rouges du Nandina domestica - Wikipédia

Mais voici un complément d'information, suite à mes lectures en japonais...

Son nom japonais est : nanten, ナンテン, 南天 : le premier kanji est celui du "sud" (la direction) et le second, celui du "ciel".
Il est originaire de Chine et est arrivé au Japon il y a plusieurs siècles, où il s'est naturalisé, principalement dans l'ouest du Japon, sur l'île de Shikoku et l'île de Kyûshû.

Silhouette du Nandina domestica dans la nature japonaise - Internet

Avec l'Ardisia japonica, l'Ardisia crenata et le Chloranthus glaber, il est considéré comme plante porte-bonheur au Japon, car son nom japonais peut être entendu comme "qui détourne le mal".
Selon la croyance populaire, il est recommandé de planter un Nandina domestica à l'endroit de la "porte des démons" (kimon), qui désigne la direction nord-est, considérée comme néfaste, ceci pour déjouer le sort.
De plus, planté en association avec l'Adonis ramosa (fukujosô), le Nandina domestica "détourne le malheur et apporte le bonheur". D'ailleurs, l'Adonis ramosa et le Nandina domestica sont représentés sur un certain nombre d'objets, tissus, bougies, utilisés comme porte-bonheurs pour le passage à la nouvelle année.

Bougies avec motifs de Nandina domestica et d'Adonis ramosa - Rakuten ©

Comme cela a été le cas pour un grand nombre de plantes et comme je l'ai déjà mentionné à plusieurs reprises sur mes blogs et dans des articles, le Japon a été le pays le plus créatif en horticulture durant l'ère Edo, soit entre le 17ème et le 19ème siècle.

Mais comme le pays était fermé aux étrangers, peu de gens l'ont su à travers le monde. Il en est ainsi pour le Nandina domestica, dont le feuillage a été travaillé à l'extrême; les variétés créées durant cette période font partie de ce que l'on appelle les plantes classiques d'Edo et sont désignées sous le terme de "Kinshinanten". Plusieurs variétés sont toujours produites et vendues au Japon, sur des sites comme Rakuten et sur les sites des pépiniéristes japonais spécialisés.

Nandina domestica classique 'Akachirimen' - Rakuten ©
Nandina domestica classique 'Kotohime' - NichienLife ©

Au Japon, le Nandina domestica est généralement utilisé comme arbuste ornemental dans les jardins, en kokedama, kokebonsaï, en bonsaï et en arrangement floral.

Bonsaï de Nandina domestica classique Kinshinanten - Internet

 

Kokebonsaï de Nandina domestica - Rakuten ©
Kokedama de Nandina domestica - Internet
Nandina domestica devant une maison japonaise, avec une taille transparente - Internet

C'est d'ailleurs cette taille dite de transparence, développée en France par la princesse Greta Sturdza au Vasterival, qui ressemble le plus à la taille que j'ai observée pendant mes années de vie au Japon. Comme le disait un ami jardinier japonais, il faut que "le vent et le soleil entrent et circulent à l'intérieur de la ramure"... C'est une question d'observation, de bon sens et d'esthétisme...

Et pour terminer... une idée de couronne à confectionner pour le nouvel an...

Couronne de Nouvel An avec du Nandina domestica - Internet

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.