Décorations du Nouvel An au Japon

Le Japon n'étant pas un pays chrétien, ce n'est pas la fête de Noël qui est la plus importante (mais qui donne néanmoins lieu à des illuminations dans les villes, à des concerts, des chants de Noël et des dîners romantiques à deux), mais bien la veille du nouvel an et le nouvel an.
D'ailleurs, tout est fermé ou presque dans le pays entre la fin décembre et le début janvier.

Mais comment se passe le réveillon du 31 décembre (oomisoka) au Japon ?
Eh bien les choses se préparent plusieurs jours à l'avance, à commencer par le grand ménage dans la maison et par la préparation des mets qui seront dégustés en famille et avec les amis le 31 au soir et le jour de l'an.
Le réveillon se passe donc en famille (c'est l'époque des grandes migrations familiales au Japon, comme la fête des morts de Obon, au mois d'août), généralement devant les programmes spéciaux de la télévision japonaise et avant d'aller frapper les 108 coups de cloche au temple voisin à minuit.

Les 108 coups de cloche au temple - Internet


Les décorations ne sont pas en reste, comme je l'ai mentionné dans la série d'articles sur les fructifications rouges de décembre, en voici d'ailleurs les plus importantes :

1/ Le kadomatsu (門松) : j'en ai déjà parlé les années précédentes sur ce même blog (voir outil de recherche dans la colonne de droite); il s'agit d'une décoration végétale traditionnelle remontant à l'ère Heian, faite à base de pin et de bambou, et installée à l'entrée des maisons, des sociétés, etc. Selon la région, on observe de légères variations dans la composition du kadomatsu.
Dans la région du Kantô (Tôkyô), la base du kadomatsu est entourée de paille de riz et le kadomatsu est constitué de trois bambous principaux, autour desquels sont disposées des branches de pin.

Kadomatsu de la région du Kantô - Internet


Dans la région du Kansai (Osaka), on ajoute des choux d'ornement à la base avant du kadomatsu et des branches de pin à l'arrière; quant à la base du kadomatsu, elle est généralement entourée de bambou. On peut également insérer des branches de Prunus mume, de Nandina domestica ou de Sasa veitchii.

Kadomatsu de la région du Kansai - Internet

Cette tradition du kadomatsu a quelque peu disparu et nombre de familles font désormais une composition florale, une couronne à base de pin, qui sera accrochée à l'entrée de la maison.

2/ Les tama-kazari (玉飾り) : ce sont des décorations florales faites à base de shimenawa (corde sacrée du shintoïsme faite à partir de torsades de paille de riz), auxquelles on accroche de la paille de riz, des frondes de Gleichenia japonica (urajiro), du Daphniphyllum macropodum (yuzuriha), des fruits d'orange amère (Citrus aurantium, daidai), des branches de charme japonais (Carpinus japonica, shide), des mizuhiki rouges, blancs, argentés, dorés (cordelettes de papier japonais enduites de colle et séchées) et qui sont accrochées dans l'entrée de la maison, sur les autels familiaux pour accueillir les divinités du nouvel an.

Tama-kazari - Internet
Tama-kazari - Internet

Une forme simplifiée du tama-kazari est le wajime (輪締め), qui est accroché dans la cuisine, dans les toilettes, pour délimiter un endroit "propre" (sacré) apte à héberger les divinités shinto du nouvel an.

Wajime - Internet
Wajime accroché au robinet - Internet

3/ Les mayu-dama-kazari (繭玉飾り), également appelés mayu-dama (繭玉) : ce sont des compositions faites à base de branches auxquelles on accroche de petites boules (dango, mochi, etc.), de petits gâteaux, des représentations des 7 divinités du bonheur et qui sont disposées dans la maison, dans un magasin, pour appeler une récolte abondante en l'année à venir.

Jeunes femmes d'un sanctuaire shinto en train de préparer les mayu-dama; Internet

 

Les 7 divinités du bonheur - Internet

 

En décoration près du tokonoma - Internet

 

Mayu-dama sur un arbre; Internet

 

Dans la maison - Internet

 

 

 


Je vous souhaite à tous une douce fin d'année 2011.

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.