Bienvenue sur ce site nominatif, qui rassemble tout ce que j'ai traduit du japonais et publié sur mon ancien site JARDINS BOTANIQUES JAPONAIS*, sur mon blog d'actu du monde végétal japonais et sur les JARDINS DE SANUKI, depuis 2008.

Spécialiste de l'histoire de l'horticulture japonaise à l'époque d'EDO (1603-1868), j'ai rédigé un mémoire sur "La grande vogue de l'ipomée à l'époque d'Edo" pour le Master 2 de Japonais, que j'ai obtenu à l'INALCO en juillet 2015. Je vais poursuivre mes recherches dans ce domaine avec un nouveau cursus universitaire en Doctorat de japonais à l'Université de Paris (CRCAO).

Étant native de Touraine et y résidant, je m'intéresse également à l'histoire de l'horticulture ornementale en région Centre-Val de Loire, à l'histoire des jardins et des paysagistes du XIXe siècle.

Pour me contacter : contact.sophieleberre{arobase}gmail.com - Lien vers mon parcours professionnel

Sophie Le Berre

* J'attire votre attention sur le fait que mes anciens noms de sites Internet "jardins botaniques japonais.fr" et "jardins de Sanuki.fr" ont été repris par d'autres personnes et dans l'un des deux cas, une bonne partie de mes traductions et de mes pages a été littéralement copiée sans aucun scrupule et sans que je sois sollicitée.

Le sceau qui figure en haut de cette page est mon sceau, il m'a été donné par mon maître de calligraphie au Japon et signifie mon prénom en japonais.

LIEN VERS LES PLANTES DU JAPON

LIEN VERS LES JARDINS DE SANUKI

Cymbidium kanran

Autre orchidée orientale du Japon, appelée tôyôran : Cymbidium kanran Makino
Nom japonais : kanran, カンラン, 寒蘭

Cymbidium kanran - Wikipédia ©

Son nom japonais signifie littéralement "orchidée du froid"; le premier kanji étant celui du froid et le second, de l'orchidée car cette orchidée fleurit à l'arrivée du froid, du mois d'octobre au mois de janvier. C'est l'une des plus grandes orchidées terrestres du Japon, qui peut atteindre un mètre de hauteur.

Variété horticole de Cymbidium kanran - Internet

Le Cymbidium kanran figure sur la liste rouge des plantes menacées du Japon, dans la catégorie CR (en danger critique); ci-dessous, les zones de couleur framboise symbolisent la catégorie CR et le gris concerne la catégorie EX (espèce éteinte à l'état naturel).

Cymbidium kanran - Liste rouge du Japon - Ministère de l'Environnement du Japon

On trouve cette orchidée à l'état naturel (de moins en moins) dans les sous-bois, depuis le sud de la péninsule de Kii (île principale de Honshû), jusqu'aux îles de Shikoku, Kyûshû et l'archipel des Ryûkyû. Son aire de répartition suit le courant marin chaud Kuroshio, qui remonte le long du Japon, côté Pacifique, du sud-ouest vers le nord-est.
Sur toute cette zone se sont créées des associations de passionnés de Cymbidium kanran, qui oeuvrent pour la préservation de l'espèce botanique, des variétés horticoles, qui nomment de nouvelles variétés, publient, conseillent et exposent ces petits trésors, qui se vendent plutôt cher au Japon.

Variété horticole de Cymbidium kanran - Hana no nikki ©

Les Japonais considèrent que le Cymbidium kanran symbolise l'esthétisme japonais, décrit notamment par le concept du wabi-sabi; c'est la reine des orchidées terrestres japonaises de par son parfum, les coloris qu'elle présente et son allure, gracile et élancée.

Pour distinguer un Cymbidium kanran d'un Cymbidium goeringii, il faut regarder les feuilles : celles du Cymbidium goeringii ont un bord ciselé et présentent des nervures parallèles blanches, que l'on peut notamment voir par transparence. Quant à la feuille du Cymbidium kanran, son bord est lisse et la feuille est plus charnue.

A gauche, feuille du Cymbidium kanran, à droite, feuille du Cymbidium goeringii - Hanasakiyama ©

Comme c'est le cas pour beaucoup d'autres espèces, les Japonais ont créé un grand nombre de variétés horticoles du Cymbidium kanran à partir de l'ère Edo.

Exposition de Cymbidium kanran dans la préfecture de Kôchi - Tôbien ©
Variété 'Shakuson' - Tôbien ©
Variété 'Tsukasadôji' - Tôbien ©
Variété 'Nikkô' - Tôbien ©


Les conseils de culture sont les suivants :

  • température minimum de culture : 0°C, température maximum : 35°C
  • de la lumière en hiver
  • arrosage et engrais au printemps
  • protection contre le soleil en été et veiller à créer un environnement frais autour de la plante, grâce aux arrosages et à la circulation d'air
  • rempotage une fois tous les deux à trois ans, en mars, septembre ou novembre
Coupe d'un pot de culture du Cymbidium kanran - Japan Dentô Engei Society ©

La plante est cultivée dans de hauts pots, comme pour le Cymbidium goeringii

Informations traduites du japonais vers le français - Sophie Le Berre.

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.