Bienvenue sur ce site nominatif, qui rassemble tout ce que j'ai traduit du japonais et publié sur mon ancien site JARDINS BOTANIQUES JAPONAIS*, sur mon blog d'actu du monde végétal japonais et sur les JARDINS DE SANUKI, depuis 2008.

Spécialiste de l'histoire de l'horticulture japonaise à l'époque d'EDO (1603-1868), j'ai rédigé un mémoire sur "La grande vogue de l'ipomée à l'époque d'Edo pour le Master 2 de Japonais, que j'ai terminé à l'INALCO en juillet 2015, et je poursuis mes recherches dans ce domaine. Cela se traduit également par la rédaction d'articles et des conférences.

En parallèle, je suis présidente de l'association Vouvray Patrimoine; je m'intéresse à l'histoire de l'horticulture ornementale de la région Centre-Val de Loire, à l'histoire des jardins, et je crée des projets de développement autour de ces thématiques.

Pour me contacter : contact.sophieleberre{arobase}gmail.com - Lien vers mon parcours professionnel

Sophie Le Berre

 

* J'attire votre attention sur le fait que mes anciens noms de sites Internet "jardins botaniques japonais.fr" et "jardins de Sanuki.fr" ont été repris par d'autres personnes et dans l'un des deux cas, une bonne partie de mes traductions et de mes pages a été littéralement copiée sans aucun scrupule et sans que je sois sollicitée.

LIEN VERS LES PLANTES DU JAPON

LIEN VERS LES JARDINS DE SANUKI

Site de Sophie Le Berre

Taille des cerisiers japonais à forme pleureuse

16 septembre 2009

Je vous l'avais annoncé dans un message précédent... Voici les photos et explications fournies par M. Ryoji HASHIMOTO, de la Ville de Takamatsu.
M. HASHIMOTO était mon ancien supérieur hiérarchique, lorsque je travaillais au service des Relations Internationales de la ville de Takamatsu, en plus d'être un ami. Il a très gentiment demandé au responsable du jardin de Tamamo de lui fournir les explications nécessaires, afin de faire la même chose sur les cerisiers du parc de Sainte-Radegonde à Tours, la ville jumelle.

Il faut tout d'abord commencer par sélectionner une branche vigoureuse, à la cime de l'arbre. Nous allons redresser cette branche et lui permettre de pousser verticalement, en l'attachant à un tuteur vertical. Elle fera croître l'arbre vers le haut. (cliquez sur les photos pour voir le détail)

Puis, à 50 ou 60 cm de la naissance d'une branche, on installe un autre système de soutien, latéral cette fois, pour poser la branche. La branche poussera ainsi latéralement, vers l'extérieur. Cette opération est à faire en hiver, lorsque la sève de l'arbre est redescendue. On renouvelle l'opération sur une autre grosse branche, en faisant bien attention de ne pas la casser. (ci-dessous : photo de l'un des cerisiers du parc de Sainte-Radegonde au printemps 2009...)


On coupe alors toutes les branches orientées vers le bas, pour ne garder que celles qui poussent vers le haut. Essayez de faire une coupure nette et appliquez toujours un enduit de cicatrisation après la coupe, afin d'éviter les maladies.

Pour permettre aux branches de prendre une jolie forme pleureuse, comme les baleines d'un parapluie, il sera nécessaire de maintenir un système de soutien des branches, tant qu'elles ne pourront pas le faire par elles-mêmes. Les Japonais emploient généralement des structures en aluminium ou en bambou.




Voilà donc le travail que j'espère voir être fait (si je le pouvais, je le ferais avec toute personne intéressée !) sur les cerisiers à forme pleureuse du parc de Sainte-Radegonde à Tours.

Un grand merci à Monsieur HASHIMOTO pour son précieux travail de recherche, ainsi qu'au personnel du parc de Tamamo de Takamatsu.

Imprimer E-mail

Le site sophieleberre.fr est édité par Sophie Le Berre et hébergé par la société Amen. Ce site est conçu sous le CMS Joomla, solution opensource.
Sauf mention contraire, toutes les traductions et les textes publiés sur ce site sont de Sophie Le Berre - tous droits d'auteur réservés.