Le Japon s'inquiète de la floraison précoce des cerisiers

Article paru ce matin dans "Aujourd'hui le Japon"

La météo japonaise suit quotidiennement la remontée vers le nord de la "ligne de floraison" des cerisiers. Cette année, encore, l'apparition précoce des pétales roses pâle a illustré l'impact de l'activité humaine sur le climat dans les grandes villes.

Comme chaque année, les Japonais s'adonnent à une passion ponctuelle, l'observation des cerisiers en fleur. Après Tokyo, la dernière semaine de mars, la ligne de floraison des cerisiers remonte l'archipel.

Dans les parcs de Tokyo, notamment à Ueno, et dans les autres métropoles, les curieux se pressent pour observer. Aux yeux des Japonais, l'éphémère apparition fleurs de cerisiers fait toute la poésie de la saison.

L'agence météorologique suit avec attention la "ligne de floraison" et publie des données mises à jour quotidiennement sur un site dédié, sakurazensen.com.

Pourtant, certains s'inquiètent de l'impact du changement climatique et de la forte urbanisation sur la floraison. Alors que la "ligne de floraison" à la date du 1er avril se situait au sud de l'île de Honshu il y a quatre décennies, elle est, ces dernières années, située environ 200 kilomètres plus au nord. La température des villes étant plus élevée de quelques degrés en moyenne de celle des campagnes du fait de l'activité humaine, la floraison est de plus en plus précoce.

Ainsi en 2010, les cerisiers ont été déclaré "en fleur" à Tokyo six jours avant la moyenne historique.  

Publié par Sophie Le Berre le .

Imprimer