Projet de régénération de forêt à Gifu

La banque Tokyo-Mitsubishi UFJ et la société Sumitomo Corp. ont annoncé le 23 juillet dernier qu'elles avaient lancé un projet de revitalisation, de régénération, de restauration d'une forêt dans la préfecture de Gifu, en collaboration avec la fédération de coopératives forestières de la préfecture. C'est la première fois au Japon que des sociétés privées et des coopératives forestières travaillent ensemble pour restaurer des forêts privées.


Il y a eu une prise de conscience au Japon sur le fait que les forêts étaient en train de perdre leur fonction première de préservation de l'environnement naturel notamment à cause de la disparition progressive de l'industrie sylvicole (population vieillissante, urbanisation) et d'une gestion inappropriée des forêts.
J'ai pu le constater lors d'une mission de travail en 2002 dans la préfecture de Hyogo (Kobe) en discutant avec les personnes âgées d'un village : plein de petits propriétaires, quasiment aucune gestion des forêts et un désintérêt pour ce milieu et ces professions.


Il est donc apparu urgent de faire quelque chose pour restaurer les massifs forestiers japonais.
Ce projet, supporté par la banque Tokyo-Mitsubishi UFJ et la société Sumitomo, prévoit donc une gestion à long-terme de la forêt, basée sur l'analyse de données scientifiques, sur l'amélioration du contrôle de production et de logistique, et sur une méthodologie de gestion commerciale plus efficace, du type "PDCA" (plan-do-check-act).
De plus, les acteurs du projet envisagent de développer le marché du bois de construction, en créant une chaîne d'approvisionnement et en tirant avantage du commerce de carbone et de la valorisation de la biomasse.

La banque Tokyo-Mitsubishi UFJ va soutenir tous les aspects liés au financement, à la gestion, à la planification et au contrôle de ce projet; quant à la société Sumitomo, elle va couvrir tous les autres aspects commerciaux du projet, à savoir la vente du bois de construction, la logistique et l'établissement d'une chaîne d'approvisionnement.


Espérons que les choses seront faites en bonne intelligence, dans le respect du travail des forestiers et de la nature.

Cela me donne l'occasion de parler d'un très grand monsieur, Akira MIYAWAKI, botaniste japonais, expert en écologie végétale, spécialiste des graines et de la naturalité de la forêt. En plus il est né le même jour que moi...! (pas la même année cependant !) Raison de plus pour que j'en parle !


C'est un spécialiste mondial, réputé pour son travail de restauration d'une végétation naturelle sur les sols dégradés, industriels, urbains ou péri-urbains.
Considérant que les forêts sont essentielles à la survie de l'humanité, Akira MIYAWAKI défend, depuis les années 70, la valeur des forêts indigènes et l'urgente nécessité et la possibilité de les restaurer. Il a publié de nombreux ouvrages, effectué de nombreuses expérimentations et est intervenu de nombreuses fois dans les plus grandes instances internationales.
Si vous désirez en savoir davantage sur le travail et sur les thèses du Dr MIYAWAKI, je vous invite à lire cet article de Wikipédia.

La forêt, c'est la vie... 「森はいのち」

Publié par Sophie Le Berre le .

Imprimer